Septembre s'habille en Turquoise pour sensibiliser au cancer de l’ovaire

Septembre s'habille en Turquoise pour sensibiliser au cancer de l’ovaire

Septembre Turquoise est le mois de sensibilisation au cancer de l’ovaire. C'est le 8ème cancer le plus fréquent chez la femme, avec notamment plus de 4 500 cas recensés par an en France. Nous avons rencontrés Eléonore Piot - de Villars, vice-présidente de l’association IMAGYN, créée par de patientes atteintes de cancer gynécologique pour nous éclairer à ce sujet.

Bonjour Eléonore, pouvez-vous vous présenter pour celles et ceux qui ne vous connaissent pas ?

Bonjour, j’ai 47 ans et je suis vice-présidente de l’association IMAGYN. J’ai rejoint l’association il y a quelques années après avoir eu un cancer du col de l’utérus assez agressif.

J’avais besoin de partager ce que j’avais vécu mais surtout envie d’accompagner et d’aider d’autres femmes dans la même situation que moi.

Je suis aussi éducateur médico sportif auprès de patients atteints de maladies chroniques comme le cancer, et j’ai développé une autre « casquette » de patiente experte et de formatrice en Santé.

IMAGYN (Initiative des Malades Atteintes de cancers GYNécologiques) est une association créée en 2014 par des patientes atteintes de cancers gynécologiques. Pouvez-vous nous raconter l'histoire d'association et de sa genèse ?

L’association a été créée par quatre patientes qui étaient atteintes de cancer de l’ovaire, un cancer gynécologique très rare. Il touche 4500 femmes par an, ce qui est très peu par rapport aux 58 000 touchées par un cancer du sein chaque année !

Ces patientes ont fait le constat que :

- ces femmes atteintes par un cancer pelvien (cancer du col, cancer de l’ovaire, cancer de l’endomètre ou de la vulve) étaient très seules pendant et après leur prise en charge et après.

- et que ces cancers étaient mal connus, autant du grand public que des professionnels de santé.

Elles se sont donc réunies et ont créé l’association, grâce à l’aide bienveillante des médecins d’Arcagy-Gyneco (groupe coopérateur en recherche clinique et translationnelle dans le domaine des cancers de la femme).

L’association s’est beaucoup développée depuis, et a été agréé depuis 2 ans par le ministère de la santé des solidarités pour le sérieux des missions qu’elle remplit. C’est d’ailleurs la seule association de patientes atteintes de cancers gynécologiques qui est agréée en France et l’une des quatre dans le domaine de la cancérologie.

Septembre est le mois de sensibilisation à la lutte contre les cancers gynécologiques. Quelles actions mettez-vous en place pour Septembre Turquoise ?

À l’instar d’Octobre Rose pour le cancer du sein, Septembre est le mois de sensibilisation à la lutte contre les cancers gynécologiques. La couleur sélectionnée pour cette opération nationale de sensibilisation est le turquoise. Ce mois de Septembre Turquoise est l’occasion d’inviter l'ensemble des femmes à s’informer davantage sur ces cancers gynécologiques, leur dépistage, leurs symptômes et leurs traitements.

Car la sensibilisation est la 1ère étape de la prévention. Grâce a la mobilisation de notre présidente Coralie Marjollet ainsi que de nos super bénévoles, nous essaierons d’être aux côtés des patientes pour les informer (à travers différents posts pédagogiques sur nos comptes Instagram et Facebook, des webinars dédiés…) mais aussi pour les rencontrer aux quatre coins de la France avec notre COCON, et sur nos stands dans des centres hospitaliers, et à travers des événements festifs ou sportifs.

Quels sont les bons réflexes pour prévenir le risque de développer un cancer gynécologique ?

Déjà, il est très important quand on est parents d’un adolescent ou d’une adolescente entre 11 et 14 ans de les faire vacciner contre le HPV - papillomavirus responsable du cancer du col mais aussi de 6 cancers comme celui de la du vagin, de la vulve mais aussi de la gorge.

Ensuite une visite annuelle régulière chez son gynécologue est primordiale. De 25 à 30 ans, Le médecin proposera un dépistage du cancer du col par frottis tous les trois ans. Puis de 30 à 65 ans si tout est bon un test ADN tous les cinq ans.

Enfin, dès qu’il y a un signe anormal : perte en dehors des règles, douleur lors des rapports sexuels, fatigue, mal de dos, soucis digestifs, il faut absolument en parler à son médecin.

Et si un cancer gynécologique est diagnostiqué, il faut nous rejoindre au sein de l’association et surtout consulter auprès d’un centre spécialisé.

Pour conclure, toute cette formidable aventure humaine a été possible grâce a l’énergie d’une femme extraordinaire Brigitte Massicault, une de nos patientes et ancienne présidente.

Voir les dates clés de Septembre Turquoise et site de l'association